Carine Bovey | Des points, c’est tout!

Des points, c’est tout!


  • 13 jun


  • admin

Yayoi Kusama, l’une des artistes les plus remarquables de notre époque sera présentée au Moderna Museet et à l’ArkDes (Arkitektur och designcentrum) de Stockholm du 11 juin au 21 septembre pour une première grande rétrospective en Suède. Yayoi Kusama crée depuis les années 50 une œuvre à a fois personnelle et universelle. En mouvance indubitable entre la peinture et la sculpture, l’art et le design, elle nous invite à un voyage entre l’Orient et l’Occident.

En 1957, Yayoi Kusama quitte le japon pour New York. C’est au milieu des années soixante que naît la plupart de ses plus importantes créations, dont l’impulsion de laisser une forme ou un motif prendre possession de l’espace et de se répéter à l’infini est constante.

InfinityNets
Dans la série Infinity Nets, Kusama peint méthodiquement d’une épaisse peinture à l’huile des demi-cercles blancs sur de grandes nappes, formant ainsi une toile infinie. De ce procédé de grande précision se dégage l’énergie que Kusama consacre à chacune de ses peintures, repoussant les limites entre la performance artistique et le tableau. La série Accumulation Sculptures, composée d’objets de la vie quotidienne parsemés de formes phalliques en tissu empaillées, a pour thème la consommation de masse, le machisme et la position de l’homme dans notre société. C’est sans doute pour cela que les formes intrusives grimpent sur les murs et finissent par envahir entièrement la pièce dans Infinity Mirror Room Phalli’s Field (1965), la première installation avec miroir de Kusama.

Kusama-Yayoi_Compulsion-Furniture_1964_ModernaMuseet_press Compulsion Furniture, 1964 accumulation_1963 Accumulation, 1964
Kusama-Yayoi_Installation-view-Kusama-Infinity-Mirror-Room_1965

Mirror Room (Pumkin) (1991)

Kusama-Yayoi_Kusama-with-Pumpkin_2010_Installation-Aichi-Triennale_ModernaMuseet_press

Citrouille jaune

 

La fin des années soixante est une période d’une créativité intense pour Kusama. Ses créations artistiques s’étendent au delà des frontières. Elle organise des événements artistiques, des performances politiques et des protestations contre la guerre du Vietnam ainsi que pour la libération sexuelle. Les contributeurs aux performances ainsi que certains des manifestants portent les vêtements conçus par l’artiste. Dans les festivals de Body Art, Kusama peint des pois sur des corps nus qu’elle baptise « Les prêtresses des pois ». Elle fonde ensuite le journal Kusama’s Orgy et crée une ligne avant-gardiste de vêtements pour sa propre marque The Nude Fashion Company. En tant que femme non occidentale dans le milieu très masculin de l’art, Yayoi Kusma est une outsider, un rôle qui la rend plus forte et dont elle joue parfois.

kusama-orgy-poster Kusama-Yayoi_fashion_ModernaMuseet_press
Kusama_Yayoi_installation_6_ModernaMuseet_press

Narcissus Garden (1966)

Yayoi Kusama quitte New York au début des années 1970 afin de poursuivre son œuvre à Tokyo. Dans son travail datant du milieu des années 1980, elle revisite les points et les toiles qui la poursuivent comme un leitmotiv dans sa création, mais avec des couleurs plus fortes, des motifs bien plus stylisés et des références à la nature plus claires. La Citrouille jaune devient une figure marquante de l’univers iconographique de Kusama durant cette période.

L’original univers pictural de Kusama vient de fréquentes hallucinations qu’elle aurait eu depuis l’enfance. Dans ses visions se manifeste un monde dont la trame est parsemée d’une infinitude de points, tel un ciel étoilé. L’art est pour Kusama une manière de donner forme concrète à ses paysages intérieurs. Dans une tentative de mettre un mot sur une expérience, elle décrit son auto-effacement comme un concept: l’idée de ne faire qu’un avec son environnement, de dissoudre les frontière du «Moi» à travers l’art afin de disparaître dans le vide total. Cette même pensée la mène à façonner ses œuvres à l’échelle des pièces qui les contiennent. Parmi elles, Mirror Room (Pumkin) (1991) qui fût exposée à la biennale de Venise en 1993.

 

Yayoi Kusama, Infinity Mirrored Room - Hymn of Life, 2015 Installation, mixed media. 300x617,5x617,5 ©Yayoi Kusama Courtesy of Ota Fine Arts, Tokyo/Singapore, Henie Onstad Kunstsenter, Oslo, Victoria Miro Gallery, London and David Zwirner, New York Photo: Vegard Kleven/HOK

Yayoi Kusama, Infinity Mirrored Room – Hymn of Life, 2015 Installation, mixed media.


Yayoi Kusama – I oändligheten
(Yayoi Kusama – à l’infini) est la première exposition montrant l’intérêt de Kusama pour la mode et le design. Seront exposés entre autres la marque de vêtements The Nude Fashion Company, sa collaboration avec Louis Vuitton en 2012, les meubles et les tissus de collection Design Collective Graf (2000). Les créations artistiques de Kusama seront présentées à travers une riche sélection de peintures, dessins, sculptures et installations depuis les années 1960 à New York. Vous pourrez également admirer la dernière œuvre de Kusama Infinity Mirrored Room – Hymn of Life (2015) et Narcissus Garden (1966), une de ses œuvres les plus connues fêtant ses 50 ans cette année.

 

 

Yayoi Kusama – In Infinity
du 11 juin au 11 septembre 2016

Skeppsholmen, Stockholm
+46 8 520 235 00
http://www.modernamuseet.se/stockholm/en/

Kusama-Yayoi_2015_ModernaMuseet_press

Carine Bovey | c@carinebovey.com | +41 78 755 62 72 | © Reproduction interdite des images et contenus